La voie métallique du Cinabre

Ci-dessous quelques photos issues de ma pratique de la voie métallique du Cinabre.

J’ai pratiqué cette voie durant 5 années de 2009 à 2014. J’ai alors mis en pause mes travaux pour les reprendre 6 années plus tard, en février 2020.

Je concentre l’essentiel de ma réflexion sur les textes classiques, dont l’Hermès dévoilé de Cyliani, Les Récréations Hermétiques, Le livre de la Philosophie naturelle des Métaux de Trévisan, et d’autres encore.

Les matières premières utilisées dans la voie du Cinabre sont le soufre S, le sel KOH, et le mercure Hg.

Dans son Hermès dévoilé, Cyliani nous parle de 3 opérations :

1/ Confection de l’Azoth ou du Mercure des Philosophes

2/ Confection du Soufre

3/ Conjonction du Soufre avec le Mercure des Philosophes

La première opération consiste en la fabrication du Sel qui est le KOH. Celui-ci peut être acheté directement dans le commerce ce qui permet un gain de temps et de labeur important.

Je cite en ce sens Limojon de Saint Didier en son « Triomphe hermétique » :

« le feu secret des sages est un feu, que l’artiste prépare selon l’art, ou du moins, qu’il peut faire préparer par ceux qui ont une parfaite connaissance de la Chimie »

Les photos ci-dessous sont chronologiques et relatives aux 3 opérations.

100g de soufre, 100g de mercure, pour un ballon de 500ml.
Il faut compter également 200g de sel sec environ (KOH) pour mener à bien cette seconde opération dont la finalité est la production du soufre philosophique par voie humide.
Notre matière première qui est un Cinabre reconstitué (HgS).
Le sel à droite : KOH à 50%.
Imbibitions de la matière avec le Sel.
La triple séparation, le corps, l’âme, et l’esprit.
Fermentation de la matière.
« J’ai fait peindre ainsi un champ vert, parce qu’en cette décoction les confections se font vertes, et gardent plus longtemps cette couleur que toute autre après la noire. Cette verdeur marque particulièrement que notre Pierre a une âme végétative »
Flamel – Livre des figures hiéroglyphiques.
La Toison d’Or.
Le Lion rouge issu de la calcination philosophique de la cendre des aigles.
Le soufre solaire passe peu à peu de la terre au mercure blanc qui prend une teinte dorée.
Fin de la 2e opération avec l’obtention de l’huile aurifique.
Le Rebis ou régime de Mercure dans la 3e opération.

Cyliani dans son Hermès dévoilé écrit : « Il faut ici avoir soin d’entretenir la matière dans un état d’onctuosité par les imbibitions réitérées autant de temps qu’il sera nécessaire pour faire gonfler la matière et la faire entrer en fermentation. Sa dissolution est terminée lorsque la matière affecte une couleur bleuâtre ; on appelle cette dissolution rebis ou double mercure et le degré de Mercure. »
Le régime de Saturne.

L’opération consiste, dans ce second régime, en une circulation en vase clos d’une durée de 40 jours afin que paraisse la noirceur au fond du vase. Le liquide qui surnage contient le feu de la matière et sera utilisé pour la conduire à la blancheur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s