STN, et désormais CHRIST

J’ai hésité aujourd’hui, voyager, ne pas voyager ?

Je ne me sentais pas à l’aise, j’étais fébrile, j’avais peur.

J’observais la Lune depuis quelques jours.

J’ai appris à reconnaitre ses phases en pensant à pd (ouais pas très classe mais bon…).

Bref, quand j’observe un croissant de Lune, je regarde quelle lettre je peux former en y ajoutant une barre verticale.

Si c’est un « p » alors je sais qu’on est en premier quartier, donc Lune montante.

Si c’est un « d » alors je sais qu’on est en dernier quartier, donc Lune descendante.

Je savais donc parfaitement être en Lune montante, réputée moins favorable aux démons que la Lune descendante.

Me voilà donc rassuré, malgré ma fébrilité. En gros, soit je voyage ce soir, soit j’attends la prochaine Lune.

J’en parle à ma femelle en rentrant du boulot, qui me dit, OK, c’est comme tu veux !

Décision est prise, je voyage ce soir !

Donc pas de repas, et je sens déjà que celui de midi va probablement gêner mon voyage car pas encore digéré.

Et effectivement, j’en ai chié durant mon voyage à cause de ce repas lourd de midi : steak haché / frites.

Je peux dire que je l’ai bien sentie la vache dans mon estomac. J’ai bien senti son innocence, et la brutalité gratuite et inouïe qu’elle a subi avant d’arriver dans mon assiette que j’ai engouffrée sans la moindre pensée pour la pauvre bête ; j’ai honte ! Je suis encore sous le choc. Un coup à devenir végétarien.

Il y a un « lieu » où je me suis fait littéralement virer par ses « habitants » à cause du contenu de mon estomac. Je n’oublierai pas la leçon !

Bref, le voyage a évolué ensuite vers la vision de lieux et d’êtres d’une perfection incroyable.

Puis la confrontation que je fuyais depuis quelques temps s’est produite.

Le Serpent s’est approché et cherchait absolument à me faire prononcer le nom de STN, chose que j’ai refusée durant une bonne partie de la confrontation.

J’ai poussé des grognements terribles, d’un autre monde, vraiment !

Tout en vivant la chose, je me disais que Hollywood ne ferait vraiment pas mieux.

J’ai su lors de cette confrontation que STN = la K, le Serpent du Yoga.

Je n’écris et ne prononce plus ces mots, ces noms, car ce sont des noms très puissants qui s’ « activent » lors de la première confrontation.

Le Serpent m’a indiqué, malgré lui (ou pas ?), comment tirer partie du nom de STN.

Cela m’a fait penser à une sorte de voie du « Sorcier » où l’on prononce le nom, sans vraiment le prononcer.

Durant la confrontation, outre les grognements terribles, je parlais aussi un langage totalement inconnu mais que je « comprenais » et identifiais à la langue des Dragons.

J’ai perçu un lien de « parenté » avec STN. Mais je sais qu’il sait !

Oui, il sait que « mon Papa » me manque. Alors il en joue, revendiquant parfois de manière assez convaincante sa paternité.

C’est alors, qu’a surgit de nulle part cette parole de l’Évangile : « Celui qui m’a vu a vu le Père ! »

Le verset complet est le suivant :

« Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? » Jean 14.9.

Sur le coup, ça me crée un choc que je ne comprends pas plus que ça.

Je dois préciser que je voyage dans le noir, le silence, sans encens, ni rituel.

Juste… une Croix, dans ma main droite, qui incorpore la médaille de Saint-Benoît.

J’ai acheté cette Croix il y a quelques mois à l’Abbaye de Lagrasse, et elle avait été immédiatement consacrée.

Ah, j’oubliais… j’utilise aussi de l’huile de Notre-Dame du Laus pour me tracer une Croix sur le sommet du crâne, le front, le larynx, plexus solaire, et bas ventre.

Ah, j’oubliais encore, mes deux médailles autour du cou : la Vierge Marie, et Saint-Benoît, ramenés en 2017 du Pérou.

Dernier point, j’ai voyagé sans ma petite chienne à mes côtés pour lui éviter un choc énergétique.

Elle a toujours été avec moi au cours de mes voyages solitaires, et lors du dernier voyage, j’ai été alerté par le fait qu’elle s’est levée deux fois au cours de la nuit pour aller vomir. J’ai donc décidé de la tenir à distance cette fois-ci, et j’ai bien fait.

Bref, revenons à cette nuit.

Il faut savoir que le voyage se compose de multiples phases, avec des sortes de pauses entre chacune d’elles.

Lors d’une phase de « combat » un peu violent, j’ai soudainement l’idée de plaquer sur mon front la Croix. Je le fais et ça flashe… je dois retirer la Croix : bon mais… trop puissant !

Lors d’une autre phase, je « reçois » un « mot ». Un mot connu mais qui, je le comprends dans l’instant, m’était fondamentalement inconnu : CHRIST !

Pas Jésus, Yeshoua, ou je ne sais quel autre nom, juste CHRIST.

Contrairement à STN qui est un nom, je ne perçois pas CHRIST comme un nom.

Je perçois CHRIST comme une puissance « bonne » et agissante. Une puissance qui « rétablit ». Rétablit quoi ? Je n’en sais rien, c’est simplement le mot qui me vient intuitivement et je ne cherche pas à raisonner.

J’ai perçu beaucoup d’intelligence et de séduction dans le combat.

J’ai perçu aussi qu’il est absolument nécessaire de rester humble, en avançant derrière la Croix et pas devant. Si on passe devant, on est cuit !

Je repense à chaque fois à cette phrase de STN à la fin du film « L’Avocat du Diable » : « La vanité, c’est décidément mon pêché préféré ! ».

J’ai perçu enfin l’importance aigüe du discernement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s